Conseils et inspirations pour ton épanouissement personnel

Découvre un espace dédié au développement personnel. Explore des conseils pratiques et des inspirations pour créer la vie équilibrée et gratifiante que tu mérites. Rejoins-moi pour une aventure de croissance intérieure et de transformation personnelle.

blog image

Explorer la résilience : Comment surmonter les adversités et rebondir

December 14, 20235 min read

Explorer la résilience : Comment surmonter les adversités et rebondir

Explorer la résilience : Comment surmonter les adversités et rebondir

Es-tu prêt à plonger dans le monde fascinant de la résilience, à comprendre ce que c'est réellement et comment elle peut te permettre de surmonter les périodes difficiles de ta vie ? En tant qu'être humain, tu sais que l'adversité est inévitable. Nous sommes tous confrontés à des moments où tout semble basculer, laissant derrière nous un sentiment de perte et de confusion. Mais que faire dans ces instants cruciaux ? Comment réagir de manière constructive ? Découvrons ensemble les réponses à ces questions.

 

« La résilience, ce n’est pas « faire avec »,

c’est « faire de ». »

- Boris Cyrulnik

La formation de la carte du monde dès les premiers pas

Savais-tu que, dès les dernières semaines de la grossesse, l’enfant commence à développer ses ressources internes ? Il commence déjà à percevoir son environnement et à former sa carte du monde, c’est-à-dire sa propre réalité. Selon ses sensibilités, ce qui est important pour lui, il sélectionne les éléments de son environnement qui feront parties intégrantes de son monde et sa propre réalité. Il fait des apprentissages. Ensuite, il façonne son monde selon les informations qu’il sélectionne de son environnement.

À sa naissance, l’enfant a déjà esquissé (inconsciemment) ses préférences comportementales, sa manière d’aimer et d’être aimé basées sur ses premières perceptions, et tout cela s’insère dans sa mémoire. Il a déjà construit SA carte du monde.

Cela explique la réaction de certains enfants et adolescents abandonnés à la naissance quand on tente de les aimer. Ils ont appris qu’ils ne valent pas la peine d’être aimés. Or, il est moins dangereux, moins menaçant pour eux d’être rejetés, abandonnés qu’être aimés. L’amour leur fait peur. Ils se disent : « Mes parents m’ont abandonné alors pourquoi je mériterais d’être aimé? »

Cela explique aussi la raison pour laquelle certaines personnes retournent toujours dans les mêmes « patterns », dans les mêmes situations, vers le même type de personne. Il est plus facile de vivre dans un milieu, un environnement connu que de faire face à l’inconnu qui peut paraître menaçant.

La vision de Boris Cyrulnik à propos de la résilience

Boris Cyrulnik, éthologue, neuropsychiatre et psychanalyste, a consacré plusieurs ouvrages à ce sujet particulier : la résilience. En physique, la résilience signifie la capacité d’un corps à résister à un choc. En psychologie, elle est, pour une personne, « la capacité à vivre, à réussir, à évoluer favorablement malgré des événements traumatisants vécus dans le passé. »

Or, la résilience est l’aptitude à « rebondir », à retomber sur ses pieds, à s’adapter à la suite d’un événement pénible, à le transformer en quelque chose de constructif qui nous permet d’apprendre et de grandir.

Quand nous avons l’impression que tout bascule, il est essentiel de s’arrêter pour vivre ce sentiment désagréable, pour ensuite chercher des solutions afin de retomber sur nos pieds et retrouver le chemin à suivre, se reconstruire. Mais surtout, donner un sens à cette situation douloureuse et pénible. C’est du moins la définition des Américains de la résilience : se sortir d’une épreuve.

Boris Cyrulnik, éthologue et psychanalyste, se penche sur la résilience avec une perspective captivante. Il définit la résilience comme la capacité à vivre, à évoluer favorablement malgré des événements traumatisants passés. Pour lui, la résilience ne naît que d'un traumatisme, d'une déchirure intérieure. C'est un processus où la personne meurt intérieurement pour renaître maître de ses émotions et de sa vie. Sans ces conditions, pour lui, c’est une épreuve.

Le rôle clé des liens significatifs

La différence entre le traumatisme et l’épreuve est que dans cette dernière, la personne reste elle-même tandis que dans le traumatisme, la personne se sent plus ou moins morte à l’intérieur. Or, selon lui, aucun enfant ne peut devenir résilient seul. Le résilient doit puiser dans ses ressources internes, il doit se battre pour ne pas se laisser entraîner vers le fond … jusqu’à ce qu’une personne devienne significative pour lui et lui tende la main pour lui offrir une ressource externe. Cette personne, le plus souvent dans son entourage immédiat, devient alors un facteur de résilience dans la mesure où elle lui donne l’« espoir » qu’il lui est possible de se reconstruire, de revivre.

C’est en percevant les forces chez une personne en difficulté et en misant sur celles-ci qu’on lui permet de remonter la pente et de se reconstruire une vie plus satisfaisante. La résilience est avant tout le développement de liens significatifs.

L'écriture comme facteur libérateur

L’écriture reste, pour lui, un facteur de résilience très important. Le fait d’écrire son histoire a un effet libérateur. Souvent, les gens qui vivent un traumatisme demeurent emprisonnés des images du passé chargées d’émotions intenses et les évacuer sur papier les aide à s’en dégager.

Tout comme Lucien Auger, il explique comment la réaction de l’entourage suite au dévoilement a un effet significatif sur la façon dont l’enfant va réussir à surmonter son traumatisme. Si l’entourage réagit en accompagnant l’enfant, sans exagération ni dramatisation, celui-ci s’en sortira mieux que si l’événement est perçu comme étant épouvantable et qu’il se positionne en prophète de malheurs.

Apprendre la Résilience

Est-ce que la résilience s'apprend ? Absolument. Cyrulnik suggère que nous pouvons découvrir des ressources internes et externes lors de situations désagréables. Apprendre à être résilient, c'est changer notre perception des événements et de notre histoire de vie. Ce phénomène dynamique évolue avec le temps, et tu as le pouvoir d'influencer ta résilience en modifiant la façon dont tu interprètes les défis qui se présentent à toi.

Maintenant que tu as exploré les fondements de la résilience, n'oublie pas que la manière dont tu réagis face à l'adversité peut façonner ton parcours. Les liens significatifs, l'écriture libératrice, et la perception des forces en toi peuvent être les clés pour surmonter les épreuves. La résilience, c'est "faire de" plutôt que "faire avec". Transforme les moments difficiles en opportunités de croissance, et tu découvriras le pouvoir de rebondir face à l'adversité.

Références :

Auger, Lucien. S’aider soi-même : Une psychothérapie par la raison, Montréal, Les éditions de l’Homme, 1974, 2004.

Cyrulnik, Boris, Seron, Claude. La résilience ou comment renaître de sa souffrance? Paris, Faubert, 2003.

Cyrulnik, Boris, Elkaïm, Mony, Maestre, Michel. Entre résilience et résonance. Paris, Fabert, 2009.

Cyrulnik, Boris. Un merveilleux malheur. Paris, Odile Jacob, 1999.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Boris_Cyrulnik

août 28, 2023. Marie-Christine Savard

développement personnelcroissance personnelleémotionsémotionbien-êtrerésiliencerebondirdonner un sens à sa viedonner un sensdeuiladversitéépreuveperceptionlien significatif
blog author image

Marie-Christine Savard

Back to Blog

Qui je suis

Coach de vie

Termes et conditions d’utilisation

Politique de confidentialité

©2023 Marie-Christine Savard, coachd de vie.
Tous droits réservés.

Lieu

Trois-Rivières, QC G8W 1X7

Téléphone 438-230-5058